Au sujet du livre Soumissions à Montcuq


Humour lotois...


J’ai demandé combien ?

Forcément, dans ces "2100 habitants", je semble être le seul à pouvoir balancer ce pavé dans la devanture du "club des 5".

Ainsi une question essentielle, sûrement la seule question essentielle pour certains de ce dossier, mérite de circuler de mail à mail, de bouches à oreilles : combien ai-je demandé au maire de Montcuq pour ne pas publier ce document ?

Car tout le monde a entendu causer des pratiques de la profession, des journalistes soupçonnés d’avoir réclamé trois millions d’euros, tout en pouvant se contenter de deux, au roi du Maroc en échange de leur absence de publication d’un livre « compromettant pour le Palais royal. » Et tout ce monde sait, qu’à moins de posséder le talent rare de Valérie Trierweiler née Massonneau, un livre rapporte peu à son auteur.

Me suis-je rendu dans le bureau du maire de Montcuq, pour affirmer : « Moyennant trois millions d’euros, je ne publie pas mon livre » ? Leur Dépêche du Baylet ne manquera sûrement pas de vous tenir en haleine avec ce rebondissement dans la marche triomphale de nos valeureux et désintéressés maires.


- Tiens, v’la trois euros beatnik ! (c’était pour la rime)


Soumissions à Montcuq (Belmontet, Lebreil, Sainte-Croix et Valprionde à genoux) de Stéphane Ternoise(
voir le livre)

Quelques mots possibles



Le contact

Accueil accueil site